•    
 

Les débuts

 

Aix en provence Il est né dans la ville d'Aix-en-Provence, sous la Sainte Victoire couronnée de sa croix, au temps de la IVe République.

 

A l'âge de 7 ans, après s'être vainement essayé au dessin avec Pablo Picasso, Patrick Marie Aubert découvre l'opéra lors d'une représentation du "Don Giovanni" de Mozart donnée au festival à la grande époque de Gabriel Dussurget, le magicien d'Aix.

 

Choriste au collège du Jas de Bouffan, c'est comme trompettiste qu'il rejoint en 1971 l'harmonie fanfare municipale "La Lyre aixoise". Il entame parallèlement des études au conservatoire Darius Milhaud. C'est d'ailleurs sous la direction de ce dernier qu'il fait en 1972 ses débuts de musicien d'orchestre professionnel.

 

En 1976, soutenu par Irma Boghossian, il crée et dirige la chorale des anciens du Jas de Bouffan avec laquelle il participe à divers concerts ; l'un d'entre eux est retransmis sur les ondes de France Inter.
Appelé sous les drapeaux, il sert comme trompettiste dans l'armée de l'air.

 

La Lyre aixoise En 1977, il prend la direction de la Lyre aixoise. Remarqué par Pierre Villette, premier grand prix de Rome, directeur du conservatoire et compositeur d'un grand nombre d'œuvres chorales, il est alors admis dans sa classe de direction d'orchestre.
Deux ans plus tard, il obtient un premier prix de direction d'orchestre. Il se voit confier la direction de l'orchestre symphonique du conservatoire qu'il assure jusqu'en 1981, se produisant à plusieurs reprises sur France Musique.

 

En 1981, il passe avec succès le concours de sous-chef de musique des armées et dirige alors la Musique de la 4e région aérienne à Aix, puis celle de la 54e division militaire territoriale à Béziers.


En juin 1982, il est l'un des premiers cadres admis sur concours au Chœur de l'armée française. Il participe à sa mise en place et en dirige le 6 octobre la première répétition.
Il suit simultanément, au conservatoire d'Issy-les-Moulineaux, des cours de chant avec Raymond Steffner de l'Opéra de Paris.

 

Le 14 juillet 1983, François Mitterrand, Président de la République française, inaugure officiellement le Chœur de l'armée française dans les jardins du palais de l'Elysée. Patrick Marie Aubert est alors chef de pupitre des barytons, chargé de la direction des tutti.

 

Régisseur du Chœur en 1984, il devient également professeur de chant choral et de direction de chœurs au conservatoire de Clichy-la-Garenne dans les Hauts-de-Seine.
Il se perfectionne à la direction de chœurs d'enfants avec Claire Marchand et à la direction de chœurs polyphoniques avec Philippe Caillard.

 

En 1985, suite au départ du chef du Chœur de l'armée française, il est nommé directeur technique de cet ensemble et dirige une série de concerts en Allemagne. Il est invité à diriger le concert de gala de l'UNICEF au Théâtre des Champs-Elysées, diffusé sur Antenne 2, réunissant la chorale des grandes écoles et universités de Paris et la musique de la garde républicaine.

 

En 1986, il crée l'ensemble vocal masculin Vox Hominis avec lequel il donne des concerts à Paris et en province. Il participe notamment au salon Musicora où il fait découvrir à un large public un programme inédit de compositeurs français du vingtième siècle.
Membre de la commission chorale et chargé de cours à la Confédération musicale de France, il devient par ailleurs l'élève d'Irène Joachim.

 

Il participe comme choriste en mai 1987, aux représentations de "Nabucco" de Verdi au Palais Omnisports de Paris – Bercy.
En juin, il obtient ses prix d'art lyrique et de musique de chambre de l'Union des conservatoires des Hauts-de-Seine et un prix d'excellence en chant au conservatoire d'Issy-les-Moulineaux.
Il est chargé par Jean Laforge du recrutement et de la préparation du chœur d'hommes pour l'enregistrement de "La Muette de Portici" d'Auber sous la direction de Thomas Fulton (EMI).


En 1988, il se familiarise à la pratique du chant grégorien avec l'abbé Jean Bihan de Saint-Pierre de Solesmes.
Il est choriste dans la production de "Nabucco" de Verdi donnée à la Halle aux grains de Toulouse.

 

En 1989, il est élève du chanteur Jean-Christophe Benoît.
Reçu sur épreuves au concours de recrutement du chef des chœurs de l'Opéra de Nancy et de Lorraine, il ne peut honorer le poste compte tenu d'autres engagements administratifs.
Il chante dans les chœurs de "Carmen" de Bizet au Palais Omnisports de Paris – Bercy et dans "L’Elisir d’amore" de Donizetti au Théâtre du Mans.
Il participe cette même année avec le Chœur de l'armée française aux célébrations du bicentenaire de la Révolution et notamment au grand spectacle de Valmy en présence du chef de l'Etat.

 

En 1990, Patrick Marie Aubert est professeur coordonnateur de l'enseignement du chant choral en milieu scolaire à Clichy-la-Garenne (1 500 élèves).
A l'occasion du cinquantième anniversaire de l'appel du général de Gaulle, il dirige un concert en présence de la Reine Elisabeth II au Royal Albert Hall de Londres, déclaré territoire français pour la circonstance. Il est présenté à sa Majesté qui lui exprime toute sa satisfaction.
En juin, il est engagé à l'Opéra de Paris pour chanter la partie de ténor dans la cantate BWV 134 de J. S. Bach.
En juillet, suite à un concours, il est nommé chef adjoint du Chœur de l'armée française ; il devient alors officier de gendarmerie avec le grade de lieutenant.

 


-->